Le point sur le fluor 2/4 - Le type de fluor utilisé pour chaque traitement, aliment ou autre produit, et la loi française

, par Alexandre Tomas

Dans ce deuxième volet de la série "Le point sur le fluor" nous prendrons connaissance du type de fluor présent dans chaque traitement, aliment ou autre produit : comprimés pour enfants, dentifrice, eau potable (pas en France pour l’instant), sel pour le particulier ou dans la restauration collective en France, et cetera. Nous apprendrons également suivant les cas quelles sont les dispositions légales en France.

Après notre premier volet sur le fluor en thérapie bucco-dentaire abordons à présent la composition de chaque traitement, aliment ou autre produit, ainsi que les dispositions légales existantes.

 Dans le dentifrice

Wikipédia - Dentifrice :

Le fluor est le principal agent actif de la plupart des dentifrices [...] Le composé le plus fréquent est le fluorure de sodium.

Le tableau ci-après engage une petite réflexion concernant les dentifrices pour enfants [1], en particulier sur les conseils d’utilisation et les mises en garde, avec une différence très marquée entre la France d’un côté, et les États-Unis et le Québec de l’autre.

JPEG - 62.9 ko
en France
JPEG - 29.3 ko
JPEG - 56.7 ko
JPEG - 163 ko
aux Etats-Unis
JPEG - 81.5 ko
JPEG - 90.2 ko
JPEG - 80.2 ko
JPEG - 53.6 ko
au Québec

Tout d’abord du côté français :

  • on préconise d’utiliser une quantité de dentifrice de la taille d’un petit pois,
  • sous la surveillance d’un adulte afin de minimiser l’ingestion.
  • de consulter un médecin si l’enfant bénéficie déjà d’autres apports en fluorure.

Certaines marques précisent même :

  • de bien recracher après brossage,
  • et de tenir le dentifrice hors de portée des jeunes enfants.

On constatera que dans absolument aucun cas une marque française ne propose de se rincer la bouche à l’eau après brossage.

De l’autre côté de l’Atlantique on rappelle parfois -pas dans tous les cas- l’importance des bonnes habitudes de rinçage après brossage.

Mais plus important encore, outre-Atlantique la mise en garde suivante fait l’unanimité absolue, je reprends l’expression québecoise :

En cas d’ingestion accidentelle d’une quantité plus grande que nécessaire pour le brossage, demander de l’aide professionnelle ou s’adresser à un centre antipoison immédiatement.

À l’évidence, l’un ou l’autre des deux camps opposés fait au choix :

  • un excès de prudence,
  • ou un excès de néglicence...

Toujours du côté des Américains, dans la publicité suivante nous pouvons constater que la manière de valoriser l’efficacité du dentifrice y est très différente de notre culture. En effet, les Américains mettent l’accent sur la présence de fluor comme un vrai gage de qualité :

JPEG - 88.7 ko

Comme le laisse entendre cette publicité qui défend une marque particulière, seul un dentiste peut donner un meilleur traitement au fluor !

Et nous allons le voir dans les chapitres suivants, cette apologie absolue du fluor va se retrouver également dans les solutions dentaires, l’eau purifiée pour les bébés et l’eau minérale.

 Dans les solutions dentaires, bains de bouches

JPEG - 70 ko
JPEG - 88.5 ko

Dans la liste des ingrédients de deux marques françaises prises au hasard en supermarché, on retrouve dans un cas du fluorure de sodium, et dans l’autre cas du fluorure d’amines Olafluor et du fluorure de potassium.

Les deux notices proposent de se rincer la bouche avec la solution dentaire et de ne pas avaler, ni même de recracher d’ailleurs, mais on doit supposer en toute logique que les gens savent qu’ils doivent le faire...

L’une d’elles précise même de ne pas se rincer la bouche à l’eau ensuite. Un dernier conseil en inadéquation avec les risques de fluorose dentaire, car forcément au bout d’un moment, le reste de solution dentaire non recraché qui reste dans la bouche, finit par faire saliver et finit donc en toute probabilité par être avalé... Mais peut-être le dosage en fluor ne représente-t-il aucun danger ?

Comme nous l’avons déjà vu avec le dentifrice, la "propagande" américaine pour le fluor (du côté du Canada) est encore une fois très présente même pour les solutions dentaires :

JPEG - 28.5 ko

La "forte teneur en fluor de référence" est cette fois soulignée pour vanter tout le mérite du produit !

Toutefois comme on peut le lire sur le site du produit on ne manque pas de mettre en garde encore une fois le consommateur contrairement à ce qui se pratique chez nous :

Si une quantité plus importante que la dose utilisée pour le brossage ou le rinçage est avalée par accident, consulter un médecin ou contacter immédiatement un centre antipoison.

 Dans l’eau purifiée pour les bébés (pas en France)

JPEG - 88.2 ko
JPEG - 90.4 ko

NURSERY, entreprise qui met en avant sa présence sur le marché depuis 1948, commercialise une eau purifiée pour les bébés, eau additionnée de fluor jusqu’à 0,7 mg/L (voir étiquette en cliquant sur la photo du produit).

Tant sur l’étiquette que sur le site, il n’est pas précisé quel fluor est utilisé en supplémentation. Mais il s’agit probablement de fluorure de sodium ou d’acide hexafluorosilicique ou autre variante.

Une telle eau purifiée serait normalement interdite à la vente en France, et à plus forte raison si elle était vendue pour les bébés.

D’ailleurs quand je suis tombé sur ce produit pour bébé, j’ai cru que c’était un canular ! Vous comprendrez mieux mon raisonnement -qui n’engage que moi- au fil de cet article et encore plus après lecture de l’article qui y fait suite sur l’aspect toxique du fluor...

Voici un extrait des recommandations de l’AFSSA :

Dans une publication récente relative aux "Apports nutritionnels conseillés pour la population française" sont indiqués les apports conseillés et les limites de sécurité.

Tableau 1 : apports nutritionnels conseillés et limites de sécurité

âge, sexe Apport conseillé, en mg/jour Limite de sécurité, mg/jour
Enfants 0 – 6 mois 0,1 0,4
Enfants 6 – 12 mois 0,2 0,5
Enfants 1 – 3 ans 0,5 0,7

En bonus et toujours en écho à l’apologie du fluor déjà soulignée outre-Atlantique, pour connaître l’état d’esprit de certains aux Etats-Unis, je vous recommande la page How Much Fluoride Is In Bottled Water, page dans laquelle le rédacteur s’inquiète de ne pas retrouver autant de fluor dans l’eau minérale que dans l’eau du robinet, et mène ainsi l’enquête sur différentes marques d’eaux minérales à la recherche du fluor salvateur.

 Dans l’eau minérale - enquête exclusive

J’ai dressé un tableau comparatif sur le taux de fluorure de calcium naturellement présent dans différentes eaux minérales prises au hasard (non contractuel), à titre informatif et surtout à dessein de savoir quels étaient les usages en matière de prévention :

Marque Photo du produit Dose de fluorure en mg/L
Sur la photo D’après le rapport de l’AFSAA en 2001 Sur la page Composition minérale unique des eaux Nestlé Waters France Sur la page Quelle eau choisir sur le site Prescrire un lait en l’absence d’allaitement de l’association française de pédiatrie ambulatoire
Mont Roucous
JPEG - 55.8 ko
<0,1 0,05 pas dans cette liste 0,28
Evian
JPEG - 23.4 ko
N.C. 0,1 pas dans cette liste 0,1
Carrefour (Montclar)
JPEG - 59.4 ko
<0,05 pas dans cette liste pas dans cette liste pas dans cette liste
Vittel
JPEG - 24.8 ko
N.C. 0,3 0,16 0,28
Contrex
JPEG - 52.3 ko
N.C. 0,3 0,36 0,33
Hépar
JPEG - 72.3 ko
N.C. 0,4 0,4 N.C.

Nous constatons d’emblée une étrange différence entre les chiffres sur les étiquettes et ceux annoncés par l’AFSSA, l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments. En effet dans de nombreux cas le fluor sur les étiquettes semble avoir disparu au point qu’il n’en est même pas fait mention (noté N.C. dans le tableau, pour "non communiqué"). Bien qu’il faille garder à l’esprit que les taux de fluorure de calcium naturellement présents dans l’eau minérale peuvent légèrement varier d’une année sur l’autre et expliquer éventuellement cette disparition, il y a de quoi s’interroger.

Deux hypothèses se dégagent donc :

  1. soit il a été procédé à un traitement d’élimination du fluorure naturellement présent dans l’eau minérale,
  2. soit c’est une omission voire un mensonge par omission.

Primo, dans l’hypothèse qu’il ait été procédé à un traitement d’élimination du fluorure, ce qui expliquerait qu’il n’en soit fait nulle mention sur la bouteille, référons-nous à l’Arrêté du 14 mars 2007 relatif aux critères de qualité des eaux conditionnées, aux traitements et mentions d’étiquetage particuliers des eaux minérales naturelles et de source conditionnées ainsi que de l’eau minérale naturelle distribuée en buvette publique :

Article 5

[...] Le règlement (UE) n° 115/2010 de la Commission du 9 février 2010 définit les conditions d’utilisation de l’alumine activée pour l’élimination des fluorures dans les eaux minérales naturelles et les eaux de source.

Article 10

[...] L’étiquetage d’eau minérale naturelle et d’eau de source ayant fait l’objet d’un traitement d’élimination des fluorures comporte, à proximité de l’indication de la composition analytique, la mention : "eau soumise à une technique d’adsorption autorisée".

Sur ce point précis la loi française est donc très claire : en cas de traitement d’élimination des fluorures, il est obligatoire d’en faire mention sur la bouteille.

Hors, si tel était le cas en ce qui nous concerne et dans notre tableau, aucune mention n’était présente faisant cas d’un tel traitement avec porté sur l’étiquette :

eau soumise à une technique d’adsorption autorisée

Secundo, sur le cas de l’omission, en considérant que la santé des enfants c’est le plus important, le plus grave serait donc le danger représenté par cette omission si l’eau contenait quand-même du fluor.

Comme observations ou spécifications particulières concernant les enfants dans nos exemples, dans le cas d’Evian [2], il s’agissait d’un pack avec une tétine adaptable, et quant à Hepar, il était précisé en bas sur l’étiquette : "Ne pas utiliser chez le nourrisson, sauf avis médical.", mais sans en préciser les raisons.

Afin d’avoir en main tous les éléments officiels, prenons connaissance toujours sur ce même arrêté du 14 mars 2007 des spécifications juste en ce qui concerne le fluor dans le cadre d’une prévention contre une surdose :

Article Annexe IV

EXIGENCES DE QUALITÉ ET MENTIONS D’ÉTIQUETAGE
RELATIVES À L’ALIMENTATION DES NOURRISSONS

L’eau minérale naturelle et l’eau de source, non effervescente, doivent être conformes aux critères de qualité microbiologiques mentionnées dans le tableau A de l’annexe I de l’arrêté du 14 mars 2007 et respecter les valeurs limites suivantes :

PARAMETRESLIMITES DE QUALITEUNITESNOTES
Fluorures 0,3 mg/l En cas de supplémentation médicale en fluor.
0,5 mg/l En l’absence de supplémentation médicale en fluor.

Au final, à part l’eau d’Hepar, aucune eau minérale dans notre tableau d’exemples, ne dépasse la dose de 0,3 mg/l, dose à ne pas dépasser en cas de supplémentation en fluor chez l’enfant sous forme de comprimés ou de gouttes par exemple.

Au sens plus large existe-t-il une obligation quelconque d’étiquetage sur la bouteille à propos du fluor, que l’eau en contienne ou n’en contienne pas ?

Référons-nous encore une fois à l’Arrêté du 14 mars 2007 relatif aux critères de qualité des eaux conditionnées, aux traitements et mentions d’étiquetage particuliers des eaux minérales naturelles et de source conditionnées ainsi que de l’eau minérale naturelle distribuée en buvette publique :

Article 9

[...]
II. - Lorsque l’eau minérale naturelle fait l’objet de la mention d’étiquetage indiquée au I, la composition analytique se rapportant à ses constituants caractéristiques, prévue au 3° de l’article R. 1322-44-10 du code de la santé publique, comporte également l’indication de la teneur en fluor de l’eau minérale naturelle.

La loi est donc encore une fois très claire, il y a bien obligation de mentionner l’indication de la teneur en fluor. Donc, à moins d’avoir mal compris la loi car il faut rester prudent et se garder de toute assertion imprudente, toute marque d’eau minérale ne mentionnant pas le taux de fluor avec les autres caractéristiques, est donc bien en infraction.

Ainsi même si le danger ne saute pas aux yeux, la question de l’étiquetage est néanmoins traitée avec légèreté... une légèreté à nos dépens !

Pour aller plus loin :

 Dans l’eau du robinet

L’eau se charge parfois naturellement du fluorure de calcium déjà présent dans l’environnement, voire parfois en excès comme à Étain dans la Meuse (voir le chapitre "Les dangers du fluor que nous consommons" dans l’article suivant Le point sur le fluor 3/4 - l’aspect toxique du fluor).

La brochure du Programme Départemental de Prévention Bucco-Dentaire en Seine-Saint-Denis dans le cadre de ses recommandations sur le fluor en thérapie précise d’ailleurs que certaines eaux du robinet sont déjà riches en fluor naturellement et que dans ce cas, aucune supplémentation sous forme de comprimés ou de sel fluoré n’est nécessaire pour les enfants :

En France un contrôle régulier est effectué par les directions départementales des affaires sanitaires et sociales, afin de vérifier que l’eau du robinet ne dépasse jamais le taux de 1,5 mg/L de fluor. Cette limite de qualité est inscrite dans le tableau "B-2. Limites de qualité physico-chimiques pour l’eau de source et de l’eau rendue potable par traitement conditionnées" en Annexe 1 de l’Arrêté du 14 mars 2007 relatif aux critères de qualité des eaux conditionnées, aux traitements et mentions d’étiquetage particuliers des eaux minérales naturelles et de source conditionnées ainsi que de l’eau minérale naturelle distribuée en buvette publique.

D’autres pays appliquent une politique différente en matière de santé en pratiquant la fluoration, comme les États-Unis par exemple depuis 1951, où du fluor a d’abord été ajouté à l’eau sous forme de fluorure de sodium puis de plus en plus sous forme de fluosilicate de sodium ou d’acide fluosilicique.

À l’opposé donc, le positionnement de notre pays qui n’autorise pas la fluoration, s’explique par la difficulté de mise en place d’une telle fluoration artificielle ainsi que par la crainte des répercutions écologiques. Pour être plus précis, voici les Recommandations en santé publique - Stratégies de prévention de la carie dentaire - ARGUMENTAIRE - Mars 2010 sur la page Stratégies de prévention de la carie dentaire du site de la HAS, Haute Autorité de Santé :

En France, la fluoration artificielle de l’eau du robinet n’est pas autorisée, suite à un avis du Comité supérieur d’hygiène publique de France de 1985. Plusieurs arguments ont conduit à écarter ce choix. Argument de faisabilité : le nombre très élevé (environ 20 000) de sources ou de points de prélèvement qui alimentent le réseau de distribution d’eau nécessiterait autant de points de fluoration, ce qui rendrait la mesure très difficile à mettre en œuvre ou alors à un coût extrêmement élevé et irréaliste. Argument écologique : seul environ 1 % de l’eau du réseau est utilisée dans l’alimentation, par conséquent, la diffusion dans la nature des fluorures contenus dans les 99 % restant ne serait pas rationnelle et pourrait avoir des conséquences, non évaluées, sur l’environnement. [...]

 Eau - fluoration en France - norme AFNOR qui pose question

Si l’on s’en remet au rapport de la Haute Autorité de Santé ci-dessus la fluoration de l’eau en France n’est pas autorisée.

À l’instar de la découverte dans Wikipédia - Fluor de l’extrait suivant :

En France : La fluoration de l’eau est autorisée sous forme d’hexafluorosilicate de sodium

J’ai vérifié la source de cette information sur le site de l’(Association Française de Normalisation (AFNOR), éditeur exclusif des normes, selon le décret du 16 juin 2009, et j’y ai trouvé la page suivante : NF EN 12174 Août 2013 - Produits chimiques utilisés pour le traitement de l’eau destinée à la consommation humaine - Hexafluorosilicate de sodium. Extrait :

La présente Norme européenne est applicable à l’hexafluorosilicate de sodium utilisé pour le traitement de l’eau destinée à la consommation humaine.

Sur cette même page en cliquant sur le lien [Visualisez un extrait de la norme] on apprend dans l’extrait que la Norme française a été homologuée par décision du Directeur Général d’AFNOR et que la Norme européenne EN 12174:2013 a le statut d’une norme française.

Ça ne veut pas dire bien-sûr qu’il y a fluoration de l’eau en France d’ailleurs. Au sens stricte nous apprenons que la fluoration doit se pratiquer en France avec l’hexafluorosilicate de sodium, et ce en tant que norme pour le cas où cela se produise devrions-nous comprendre...

L’existence d’une norme n’implique pas forcément une application effective sur le terrain, cependant cette norme qui remplace la précédente déjà en vigueur en 2006 pourrait laisser supposer :

  • dans le pire des cas une fluoration de l’eau à notre insu et dans l’illégalité,
  • un alignement prochain sur les pratiques d’autres pays en matière de fluoration de l’eau, à l’exemple des États-Unis.

Dans tous les cas cette norme pose question...

 Eau - qualité de l’eau dans votre commune (en complément d’information)

Pour connaître officiellement la qualité de l’eau potable dans votre commune, voir la page Qualité de l’eau potable sur le site sante.gouv.fr du Ministère des Affaires sociales, de la Santé, et des Droits des femmes. J’y ai testé deux dizaines de villes pour voir, mais apparemment le fluor ne fait pas partie des caractéristiques proposées pour évaluer la qualité de l’eau de chaque réseau. Vous devrez donc vous en remettre à votre facture d’eau pour peu que cette indication y figure.

Le site UFC Que choisir propose une interface incontournable des plus agréables et des plus intuitives, sur sa page La qualité de l’eau du robinet de votre commune au regard de 6 contaminants, même si le fluor n’y figure pas.

 Eau - reportage de Sophie Le Gall pour France 3 : "Du poison dans l’eau du robinet" (en complément d’information)

Même si ce reportage n’aborde pas le sujet du fluor dans l’eau, il souligne de la même façon l’importance d’être vigilant sur l’eau que nous consommons au quotidien.

Comme le dit le texte de description de cette vidéo de 2010 hébergée ici sur rutube, Sophie Le Gall, la réalisatrice, a parcouru la France pour recueillir les preuves de la contamination de l’eau et interpeller les autorités. Ce documentaire présenté par Marie Drucker, a été produit par Ligne de Mire avec la participation de France Télévisions.

Avec son équipement de laboratoire elle a donc pu investiguer et mettre en lumière dans certaines régions des contaminations aux pesticides, aux nitrates, à l’aluminium ou encore au radon (gaz radioactif), qui rendent l’eau impropre à la consommation, une eau distribuée malgré tout grâce à des dérogations officielles.

(attention le chargement peut être un peu long, la Russie c’est loin...)

 Dans les aliments - poisson et thé

  • Les poissons de mer sont naturellement relativement riches en fluor (1 à 3 mg/100g).
  • de même que le thé (9,5 mg/100g de thé noir).

Source Afssa – Saisine n° 2007-SA-0315 sur le site de l’Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Dans le bulletin Bibliomer n° 3 de Septembre 1998, dans le poisson gras :

Le fluor est présent à des taux de 2 à 6 mg/kg

Voir cet exemple de site non-officiel qui met en garde contre la présence de fluorure dans le Kombucha, une boisson traditionnelle russe fabriquée à partir de la fermentation de thé noir.

On retrouve également le fluor mentionné dans le thé et le poisson dans la brochure du Programme Départemental de Prévention Bucco-Dentaire en Seine-Saint-Denis, brochure qui nous signale également sa présence dans le poulet :

 Dans la viande séparée mécaniquement, poulet et dinde

Dans la viande séparée mécaniquement, le processus de désossage mécanique mis en oeuvre augmente la quantité de particules osseuses dans la viande, augmentant ainsi de même dans la viande le niveau de fluorure qui se trouvait naturellement concentré dans les os.

Exemples d’aliments fabriqués à partir de viande séparée mécaniquement :

  • le jambon de poulet,
  • le jambon de dinde,
  • les saucisses de poulet,
  • les nuggets.

De toutes les viandes qui sont désossées mécaniquement, la viande de poulet est connue pour contenir les plus hauts niveaux de fluor. La consommation régulière de poulet désossé mécaniquement peut donc représenter une source importante d’exposition au fluorure.

Comme indiqué par des scientifiques de l’Oregon State University :

Une seule portion d’aliments (71 g) pour nourrissons à base de viande de poulet séparée mécaniquement fournirait autant que 0,6 mg de fluorure, ce qui représente déjà le double de l’apport suffisant et 86 % de la limite de sécurité pour le fluorure pour un nourrisson de 6 mois. Pour un enfant d’un an, une seule portion (71 g) de bâtons de poulet fournirait 0,4 mg de fluorure, soit à peu près l’apport suffisant et environ la moitié de la limite de sécurité. Une portion (71 g) de pain de viande contenant du poulet séparé mécaniquement pourrait fournir jusqu’à 0,45 mg de fluorure pour un enfant. Le niveau souhaitable d’apport en fluorure pourrait donc être dépassé sur la base d’une consommation récurrente lorsqu’il est combiné avec d’autres sources d’apport de fluorure tels que l’eau fluorée, les aliments fabriqués avec de l’eau fluorée, et l’ingestion de dentifrice fluoré.

SOURCE : Fein NJ, Cerklewski FL. (2001). La teneur en fluor des aliments à base de poulet séparée mécaniquement. Journal of Agricultural Food Chemistry 49 (9) : 4284-6.

Les trois tableaux suivants présentent des données sur les niveaux de fluorure dans le poulet désossée mécaniquement tel que rapporté dans la littérature scientifique :

JPEG - 32.5 ko
JPEG - 66.2 ko
JPEG - 36.3 ko

Retrouvez les sources de ce chapitre en anglais sur le site de Fluoride Action Network sur la page FLUORIDE LEVELS IN MECHANICALLY DEBONED CHICKEN.

AVERTISSEMENT , les concentrations de fluor dans le poulet et dans la dinde rapportées ici sont valables pour les États-Unis. En France la concentration en fluorure peut éventuellement être moindre, pour la simple raison que l’eau du robinet française ne subit pas de supplémentation en fluor comme dans certaines villes des États-Unis.

 Dans le sel - pour le particulier ou en restauration collective - dispositions légales

Recommandations en santé publique - Stratégies de prévention de la carie dentaire - ARGUMENTAIRE - Mars 2010 sur la page Stratégies de prévention de la carie dentaire du site de la HAS, Haute Autorité de Santé :

En France, la fluoration du sel est autorisée depuis 1985 (arrêté 31 octobre 1985), suite à un avis du Comité supérieur d’hygiène publique de France et de l’Académie nationale de médecine émis tous deux le 26 février 1985 (révisés secondairement le 12 décembre 1991et le 3 décembre 1991 respectivement). L’utilisation du sel fluoré n’est pas permise dans l’industrie alimentaire. Initialement, il n’était pas non plus autorisé dans la restauration collective, ce qui en faisait une mesure de prévention individuelle stricte fondée sur le libre choix du consommateur. Ultérieurement, le sel fluoré a été autorisé uniquement dans les cantines scolaires (arrêté 23 juin 1993) puis étendu à l’ensemble de la restauration collective à condition que la teneur en fluor de l’eau du réseau de distribution soit inférieure à 0,5 mg/L (arrêté du 24 avril 2007). Pour autant, sa diffusion dans les écoles n’est pas effective dans la plupart des cas, quand la préparation des repas a été confiée à des sociétés extérieures qui fournissent aussi des restaurations collectives d’adultes.

Dans un autre document faisant suite et concluant le précédent Recommandations en santé publique - Stratégies de prévention de la carie dentaire - Synthèse et Recommandations - Mars 2010 la Haute Autorité de Santé précise que les usagers doivent être prévenus lors de l’utilisation de sel fluoré dans la restauration collective :

[...] la HAS recommande que les restaurations collectives (cantines scolaires et restaurations collectives pour adultes) utilisent le sel fluoré (dans le respect de la réglementation) et en informent les usagers.

Selon l’Arrêté du 24 avril 2007 relatif aux substances d’apport nutritionnel pouvant être utilisées pour la supplémentation des sels destinés à l’alimentation humaine :

Article 1

Le sel de qualité alimentaire [...] non destiné aux industries alimentaires et non destiné à la restauration collective, peut être fluoré par addition de fluorure de potassium [...] Le sel de qualité alimentaire fluoré dans les conditions prévues au présent article peut être utilisé en restauration collective lorsque les exploitants des établissements se sont assurés que l’eau du réseau de distribution desservant leur établissement ne présente pas une teneur en fluor supérieure à 0,5 mg/l.

Article 3

La dénomination de vente du sel de qualité alimentaire est complétée, selon le cas concerné, par la mention "fluoré", "iodé" ou "fluoré iodé". [...] l’étiquetage du sel fluoré comporte la mention suivante : "Ne pas consommer si l’eau de boisson contient plus de 0,5 mg/l de fluor".

Exemples de sels fluorés (photos non contractuelles) :

JPEG - 15.1 ko
JPEG - 13 ko
JPEG - 23 ko

Dans le dernier paquet (tourné du bon côté), on peut constater qu’effectivement la législation est bien respectée, et qu’en outre il est bel et bien spécifié sur le produit :

Ne pas consommer si l’eau de boisson contient plus de 0,5 mg/l de fluor.

Il y est même précisé :

Consulter votre mairie.

 Sel - fluoration - Faille dans l’Arrêté du 24 avril 2007

En ce qui concerne la vente de sel fluoré, l’article 3 permet de mettre en garde le consommateur en mentionnant bel et bien qu’il achète du sel fluoré, et surtout en lui rappelant de ne pas consommer ce sel fluoré si l’eau de boisson en contient déjà une bonne dose (familièrement parlant).

Cependant ! En dépit de la recommandation d’informations aux usagers par la Haute Autorité de Santé (citée dans le chapitre précédent), lorsque le sel fluoré est utilisé en restauration collective, aucune disposition légale ne vient encadrer l’information à destination du consommateur final, il n’y a donc aucun étiquetage prévu ou autre procédé mentionnant la supplémentation en fluor et la mise en garde qui l’accompagne si l’eau de boisson contient plus de 0,5 mg/l de fluor.

Par conséquent si le consommateur utilise déjà le fluor en thérapie, il peut contracter une fluorose (voir notre article suivant sur l’aspect toxique du fluor).

 Dans les comprimés pour enfants

JPEGJPEGvidal.fr - zymafluor, le zymafluor étant pris comme un exemple parmi d’autres (non contractuel) :

ZYMAFLUOR 0,75 mg cp

Substance :
Fluorure de sodium

Excipients  : titane dioxyde, magnésium stéarate, fer jaune oxyde, silice colloïdale anhydre, menthe poivrée essence, colorant, fer noir oxyde, fer rouge oxyde

Voici les informations utiles données par vidal.fr en cas de surdosage :
Intoxication aiguë :

Chez l’adulte ou l’enfant, la dose toxique est de 5 mg de fluor/kg (dose minimale pouvant induire les symptômes d’intoxication). Elle se manifeste par des troubles digestifs : vomissements, diarrhée, douleurs abdominales, et peut mener exceptionnellement au décès. Lors d’ingestion importante accidentelle, le traitement immédiat consiste en lavage d’estomac ou vomissements provoqués, ingestion de calcium (importante quantité de lait) et surveillance médicale de plusieurs heures.

 Dans les gouttes pour enfants

vidal.fr - zymaduo, le zymaduo étant pris comme un exemple parmi d’autres (non contractuel) :

COMPOSITION
p 4 gouttes
Solution buvable à : 300 UI 150 UI
Colécalciférol (DCI) ou vitamine D3 1200 UI 600 UI
Fluor* 0,25 mg 0,25 mg

* Sous forme de fluorure de sodium : 0,138 mg/goutte de solution buvable à 300 UI et à 150 UI.

Voici les informations utiles données par vidal.fr en cas de surdosage :
Surdosage aigu :

Le flacon de Zymaduo 300 UI ne contenant que 110 880 UI de vitamine D3 et le flacon de Zymaduo 150 UI ne contenant que 55 440 UI de vitamine D3, seules des manifestations liées au fluor (23,11 mg par flacon) sont à craindre en cas d’ingestion importante accidentelle. Les premiers signes d’un surdosage aigu fluoré sont d’ordre gastro-intestinal : salivation, nausées, vomissements, douleurs abdominales et diarrhées. Le traitement immédiat consiste en des vomissements provoqués, un traitement symptomatique (notamment un apport calcique per os tel que du lait) et une surveillance de quelques heures. Pour des doses massives (supérieures à 5 mg/kg de fluor), une hospitalisation dans un centre spécialisé (lavage d’estomac, calcithérapie...) est nécessaire.

 Dans les gommes à mâcher en France

Arrêté du 2 mai 2002 relatif à l’emploi de fluorure de sodium dans les gommes à mâcher :

Article 1

L’adjonction de fluorure de sodium est autorisée dans les gommes à mâcher [...] à la dose maximale de 0,02 g pour 100 g. La teneur en fluor du produit ne doit pas dépasser 0,009 g pour 100 g.

Article 3

[...] l’étiquetage des gommes à mâcher contenant du fluorure de sodium doit comporter des mentions supplémentaires permettant d’énoncer les recommandations suivantes :
  • que le produit ne convient pas aux enfants de moins de six ans ;
  • qu’il est recommandé de ne pas consommer un nombre de gommes à mâcher conduisant à un apport journalier de fluor supérieur à 0,75 mg ;
  • que la consommation de cette gomme à mâcher est déconseillée, compte tenu des risques de fluorose, si la teneur en fluor de l’eau de boisson est supérieure à 0,7 mg/l ou si une autre supplémentation en fluor est pratiquée (sel, comprimés...) ;[...]

 Dans le ciment verre ionomère (utilisé pour le scellement des sillons)

Fiche Restauration directe au ciment verre sur le site de l’université de Rennes :

La poudre de verre : Avec une granulométrie de 4 à 50 µm, la poudre est riche en alumine, silice et fluorure de calcium, on parle de fluoro-alumino-silicate (FAS) [...]

 Temps mort scientifique - Pourquoi mg / L = ppm ?

La dose de fluor n’est pas toujours donnée en mg/l (milligrammes par litre), elle est parfois également donnée en ppm (parties par million). Ça n’empêchera de vivre personne c’est bien certain, mais il en suffit d’un qui se pose la question de savoir si 1 mg/l est égal à 1 ppm pour justifier qu’il y ait une réponse !

mg / L signifie milligrammes par litre,
ppm signifie parties par million.

Par définition un litre d’eau pèse 1 kg (1 kg ou 1 000 grammes).

Un milligramme (mg) vaut 1/1000 de gramme donc :

  • 1 mg = (1 kg / 1000) / 1000,
  • soit au final 1 mg = 1kg / 1000000,
  • ou encore 1 mg = 1 / 1000000 kg.

Si 1 mg / L = 1 mg / kg
alors 1 mg / kg est équivalent à 1 mg / 1000000 mg, soit donc bel et bien une partie par million.

Donc 1 mg/L vaut bien 1 ppm dans notre cas.

 Dans le Prozac alias le Sarafem

JPEG - 12.9 ko

vidal.fr - Prozac :

PROZAC 20 mg gél

Substance  : Fluoxétine chlorhydrate

Excipients  : fer noir oxyde, encre pour impression, potassium hydroxyde, ammonium hydroxyde, titane dioxyde, fer jaune oxyde, propylèneglycol, bleu patenté V, gélatine, amidon de maïs, gomme laque, silicone huile

Définition Wikipédia - Fluoxétine :

Le chlorhydrate de fluoxétine (Prozac, Sarafem) est un psychotrope de type inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS) utilisé comme antidépresseur dans le traitement de la dépression, des troubles obsessionnels compulsifs, de la boulimie nerveuse, des troubles dysphoriques prémenstruels, et de nombreux autres états.

 Dans le Benfluorex alias le Mediator

Le Benfluorex, commercialisé sous le nom de Mediator et qui fait partie de la famille des fenfluramines, était un médicament indiqué dans le traitement du diabète de type 2, également prescrit aux patients désireux de perdre du poids.

La toxicité de cette molécule a conduit à l’arrêt de sa commercialisation, en dernier lieu en 2009 en France. Les autres fenfluramines, également toxiques, n’étaient plus commercialisées eux depuis 1997.

Source Wikipédia - Benfluorex

Notes

[1Pour cette étude comparative, les marques de dentifrices françaises ont été choisies au hasard dans un supermarché, quant aux marques américaines elles ont été trouvées sur le web.

[2Sur la page How Much Fluoride Is In Bottled Water on retrouve l’eau d’Evian mentionnée avec une dose moyenne de 0,10 ppm de fluorure, avec des valeurs oscillant entre 0,07 ppm et 0,15 ppm de fluorure. Ce qui équivaut à une moyenne de 0,1 mg/L car lorsque l’on parle de liquide mg/L = ppm.

Vos commentaires

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom